Le mobile to store va exploser, pour Vente privée.com

Le mobile to store va exploser, pour Vente privée.com

Le octobre 12, 2014, Posté par , Dans What's newXt ?, By ,, , Avec Commentaires fermés sur Le mobile to store va exploser, pour Vente privée.com

« L’influence du mobile pour la vente en magasins va exploser, » affirme d’Ilan Benhaim, cofondateur de vente privée.com et directeur de l’innovation du site leader de l’e-commerce français. Il a pris la parole le 10 octobre, lors d’un événement organisé par l’éditeur de logiciels Adobe sur le thème des stratégies d’engagement client cross-canal.

Un marché plus gros que l’e-commerce

« C’est le très gros marché du monde, plus gros encore que l’e-commerce » martèle le directeur de l’innovation. Dans ce mode de commerce, on contacte les gens à partir de l’endroit où ils sont en les localisant, et en leur disant ce qu’il y a autour d’eux qui peut les intéresser.

« Le mobile c’est un ordinateur que vous avez sur vous, un moyen de vous informer, de vous contacter là où vous êtes, à partir de votre position GPS » décrit le directeur de l’innovation. Cela permet d’accompagner le consommateur dans son expérience d’achat dans les commerces de détail du monde physique.

Business multiplié par dix en deux ans

« En 2016, le mobile générera 700 milliards de dollars de ventes indirectes dans le commerce de détail en Europe, » annonce le directeur de l’innovation. Ce n’est que 80 milliards aujourd’hui. « On va faire fois dix en deux ans » s’enthousiasme-t-il.

Comparativement, l’e-commerce ne pèsera au même moment que 327 milliards de dollars, c’est à dire moitié moins, et le mobile commerce – c’est à dire les achats effectués directement sur son mobile – ne pèsera que 31 milliards. Pour Ilan Benhaim, l’Europe de l’Ouest sera la deuxième zone du monde pour l’e-commerce, la première zone du monde étant l’Asie, et la troisième étant les Etats Unis et le Brésil. L’e-commerce n’est plus américain.

Les offres à proximité

Vente privée.com a lancé sa propre offre dans ce domaine du drive-to-store, Le Pass qui amène les consommateurs dans les boutiques qui se trouvent à proximité. « L’application dit aux consommateurs ce que l’on a à leur proposer autour d’eux » décrit-il.

Il souhaite souligner l’adhésion des commerçants. « Nous avons un succès phénoménal auprès des retailers et des magasins. Tout le monde est prêt à prendre des abonnements pour référencer des produits qu’ils ont dans leur magasin » affirme-t-il.

Les consommateurs ne savent pas

Pourquoi ce marché n’a-t-il pas encore décollé ? « Aujourd’hui, les consommateurs n’ont pas encore ce réflexe de se dire que le produit qu’ils veulent le plus près de chez eux est dans un magasin, et pas dans un entrepôt d’Amazon au milieu de la campagne » présente Ilan Benhaim

Il poursuit : « quand on présente ce service dans les focus groupes, car nous faisons encore des focus groupes, les gens adorent, c’est juste qu’ils ne savent pas que cela existe. » Il faut rendre service au client, insiste-t-il. De son côté Vente privée.com a du boulot. « Le gros travail que l’on a est d’indexer les magasins pour savoir ce qu’il y a » ajoute-t-il.

Ne pas spammer le client

En pratique, il faut alors éviter le phénomène du spam tel que généré par la technologie Beacon et ne pas submerger le consommateur de messages sur son mobile parce que bluetooth 4 n’a pas besoin d’autorisation pour envoyer des messages.

« Il faut utiliser les technologies à l’envers, en demandant aux gens est-ce que cela vous intéresse d’avoir des propositions sur vos marques préférées ? En fonctionnant en opt-in » préconise-t-il.

La nouvelle version de l’App mobile de Vente Privée.com demande si le consommateur accepte de recevoir des offres en mode Push.

2014-10-12 - Vente-privée-App-mobile-BF

 

Un marketing de services

Pour lui, le nouveau marketing est un marketing de services. Il s’agit de rendre service au consommateur, tout en tenant compte de l’importance des ventes en boutiques. « Les consommateurs achètent à 95% dans les magasins et à 5% online » rappelle Ilan Benhaim.

Et pour le futur, il pense que le retail va rester la très grande majorité. « Les projections de l’institut Forrester Research à 2025, montre un commerce online à 20% ou 22%. En Angleterre, ils sont à 11%, aux Etats Unis, pays très mature, ils sont à 7% » conclut-il. La force reste au commerce physique.

 

Source : La Revue du Digital

Les commentaires sont fermés.